Quoi de mieux qu’une séance de running pour évacuer le stress ? Le sport est l’activité antistress naturelle par excellence. Il permet de diminuer la pression et de doper son mental. Explications.

Le stress, une réaction naturelle

Le stress est une réaction normale de l’organisme, il permet de faire face aux situations difficiles, imprévues ou de s’adapter aux changements importants. Au quotidien, lors de la pratique d’un sport, l’organisme produit des hormones spécifiques au stress : l’adrénaline et le cortisol. Hormone des sensations fortes, c’est l’adrénaline qui est d’abord sécrétée : elle accélère le rythme cardiaque, la respiration, la pression artérielle ; le cerveau et les muscles reçoivent plus d’oxygène. Elle permet de mobiliser l’organisme pour affronter le danger. Puis le cortisol nous aide à faire face au stress en mobilisant l’énergie nécessaire pour nourrir les muscles, le cerveau mais aussi le cœur, notamment en convertissant les graisses en sucre afin d’apporter encore plus d’énergie à notre corps. « Je peux ressentir du bon stress, comme un coup de boost, lorsque je lance un nouveau produit, lorsque je communique à la télévision, que je dois participer à un talk ou que je me lance dans une course en compétition », explique Justine Hutteau, sportive de 25 ans et fondatrice de soins d’hygiène naturels Respire. Préparateur physique et mental, Guillaume Siber confirme que « dans certaines circonstances, on peut parler de bon stress. Il peut permettre de stimuler la motivation et l’esprit, d’être plus vif et alerte dans certaines situations ».

Aussi, un rouage pernicieux

Réaction ponctuelle, le stress disparaît dès lors que l’événement ou l’adaptation se réalise. Or, nous sommes soumis en permanence au stress (transports, trajets, travail, rythme familial). Perte de sommeil, irritabilité, manque de concentration, fatigue physique et épuisement mental, le stress a des répercussions aussi bien sur notre corps que notre psychisme.

Le stress affecte tout le monde, même les enfants, mais à des degrés et à des intensités différentes. Entre le bon stress qui nous permet d’être vigilant et performant et le mauvais stress qui nous empêche de bien fonctionner, il y a toutes les petites situations de stress du quotidien qu’il faut arriver à gérer, explique Guillaume Siber.

Instagram : @cecileesp

Rédactrice de contenus indépendante, Cécile Espinasse jongle entre ses journées sous pression et ses cours de yoga pour garder la tête froide : « En tant que travailleur indépendant, le stress peut venir des échéances de certains projets mais aussi de l’insécurité de l’emploi car tu ne sais pas de quoi demain sera fait. Le stress est toujours sous-jacent. Alors pour couper avec les grosses journées, je pratique une séance de Yoga le soir. Durant une heure, je suis dans ma bulle, en déconnexion totale avec le travail ».

Sans ce type de coupure, l’organisme ne peut plus se reposer et s’épuise peu à peu. « On parle alors de stress chronique » souligne Guillaume Siber, notre spécialiste. L’individu devient alors fatigué physiquement et mentalement et différents symptômes peuvent apparaître comme des maux de tête, de l’insomnie, une perte d’appétit, de l’eczéma, des problèmes digestifs, des angoisses et aussi la dépression. Cela peut également déboucher sur des maladies cardiovasculaires.

Dopamine et endorphines, le sport favorise les hormones du bien-être !

De nombreuses études ont prouvé que l’activité sportive a un rôle bienfaiteur sur notre organisme via notamment le maintien en bonne santé de notre cœur, de nos artères et poumons mais aussi la réduction des risques de maladies cardiovasculaires et de cancers. Sans oublier qu’il réduit le stress et dope le mental. En habituant physiologiquement l’organisme à gérer un stress (pouls, tension, sécrétions hormonales…) et à se relaxer après, le sport permet de mieux s’adapter et de récupérer après les coups de pression. Face à l’anxiété, il agit comme un médicament naturel en sécrétant une importante quantité d’endorphines, les fameuses hormones du bonheur, qui favorise un sentiment de bien-être. Les activités cardio, comme la course, la boxe, le vélo, la natation, contribuent à en produire le plus. Elles ont une action analgésique (diminution de la douleur) et anxiolytique (diminution de l’anxiété). Le sport fait ainsi disparaître les symptômes des coups de blues et de fatigue.

Instagram : @justinehutteau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *